Origine du patronyme

OCHIN ou HOCHIN, avec ses variantes, OCHAIN plus fréquent en Belgique, AUCHIN, AUCHAIN, HOCHAIN, HAUCHIN, voir AUCHAIN, plutôt hors de France, la variante pouvant changer pour un même individu suivant l’époque ou le « scribe », est le 172 644ème nom porté en France (statistiques Geneanet). C’est dire s’il est très peu porté. Il était entre 1891 et 1915 le 2263ème sur 9921 porté dans les Hauts de France (essentiellement le département du Nord). On trouve parfois au XVIème siècle les variantes OCIN, HOCIN ou HAUCIN, qui s’écrivent plus tard et pour les mêmes familles, HOCHIN ou ses variantes usuelles. A une époque plus reculée, la prononciation du c-, en langue dialectale, devait être chuintante se rapprochant du che (n'oublions pas "qu'on est chez les ch'ti"!).

 

Douai, St Albin, le 8/08/1680, baptême de Catherine HOCIN ou HOCHIN fille de Jean Baptiste et Anne Catherine DU BURCQ (Jean Baptiste OCHIN fils de Jean et Jeanne WARTEL d'Attiches, ce dernier fils de Pierre OCHIN)

Acte de mariage de 1812 à Harnes en Artois (Pas de Calais) où l’on peut observer la variation dans une même famille de la manière d’orthographier le nom entre le greffier HOCHIN, le marié et témoins OCHIN et HOCHAIN. (c’est qu’en même un cas rare !)

On trouve pour l’étymologie du nom la racine:

·       Och : nom germanique (diminutif : ochi) variante de ach, sans doute nom de personne formé sur la racine « ac » la lame de l'épée [Source : Bahlow, Deutsches Namenlexikon].

·       Oche (ou osche, hoche) désignait en germanique une entaille dans la lame : « son épée toute sanglante est pleine de hoches » (XVIè s.) ; on a trouvé ce surnom, hochin, ochin (la petite entaille), pour un soldat ou un chevalier.

 

 

 

Localisation du hameau de  OCHAIN, commune de Clavier, et OZO près de Liège [Google Map]

 

Même après la chute de l'empire romain (476) les germains ont continué à latiniser leur nom, sous l'influence prédominante de la langue latine.

Certains philologues considèrent que le suffixe « in » provient d'une terminaison latine, à l'origine « anium », dont l'altération aurait donné « inium ». Il est logique de supposer que les noms de lieux terminés en -inium, déjà mentionnés dans des textes carolingiens, ont été formés, eux aussi, sur des gentilices latinisés et que le suffixe -inius était particulier à la Gaule Belgique.

C'est sous cette forme qu'apparait la plupart des noms de lieux en “in” dans les sources les plus anciennes qui nous sont parvenues. Elle ne remontent que rarement au delà du XIe siècle. Or, les scribes, à partir de la fin du XIème siècle, qui se servaient du latin, traduisaient régulièrement par -inium le suffixe  “in”. On ne peut exclure non plus que ces noms aient été primitivement terminés en “heim” ou “inge”.

 

Etymologie de "oche, hoche  et ocher" dans le « dictionnaire historique de l’ancien language françois depuis son origine jusqu’au siècle de Louis XIV » par Jean Baptiste La Curne de Sainte-Palaye (1697-1781) et Antoine Houdin (1595-1653), Edt H. Champion (Niort) et H. Champion (Paris) 1875-1882 –Gallica-BNF

 

Le village d'OCHAIN (province de Liège)

 

OCHAIN, OCHIN est le surnom (sobrenom) qui probablement désignait celui qui est originaire de Ochain hameau (ancienne seigneurie) de la commune de Clavier en Belgique (province de Liège). D’autres pensent que Ochain désigne la maison puis la village de Ozo (dans la même région-voir carte). En tous cas les seuls Ochin de Belgique, sauf les nobles lignées, provenaient, au XVIIIème siècle, de la Châtellenie de Lille.

 

La paroisse de OCHEN (mais prononcé ochin), aujourd’hui OCHAIN province de Liège et Gemeppe (Jemeppe province de Luxembourg)- carte de l’épiscopat de Liège (Leodium), Leodiansis, par Matthias Quad en 1600 (le haut de la carte est à l’Est, Namur est vers le bas).

En ce qui concerne le village d’Ochain, on dispose d'une forme ancienne écrite "Oxhen" ou "Ochen" (voir les d'Ochain de Jemeppe ci-dessous) mais prononcée « ohein»

C’est en 875 que l’on cite Ochain. Ochain est né et vivait autour de son château. La seigneurie d’Ochain était vaste, elle englobait Ochain, Pair, Clavier, Petit Bois, Ponthoz, Lense, Lavaux et Tibermont. Elle possédait une Haute Cour de Justice et, plus rare, une Cour de Justice Féodale qui procédait d’un certain nombre de fiefs dépendant de la seigneurie d’Ochain.

 

 

La famille des d’Ochain de Jemeppe est réputée occuper Ochain (commune de Clavier, province de Liège) et Jemeppe (Hargimont près de  Marche En Famenne) depuis un temps "immémorial" (Guillaume Le Conquérant au moins). C'est le cas de bien des familles de Belgique qui n'étaient, en fait, pas dominées par un roi de France mais des vassaux de « maîtres » successifs et dont à la limite, ils égalaient la puissance. 

 

 

 

 La seigneurie de OCHAIN se trouvait enclavée dans un territoire appartenant à la province de Luxembourg, comme indiquée sur la carte de Ferraris de 1777.[Carte de Ferraris de l'IGN Belgique, KBR feuille 172 de Ouffet]

Château d’Ochain commune de Clavier province de Liège (Belgique), façade principale du XVIIème siècle dont l’origine remontrait au  XIIème siècle ; maison de retraite médicalisée depuis 1957 (rue du château 4560 Clavier)

 

 

Les d’Ochain de Jemeppe se blasonnent « de gueules à deux léopards d’argent passant, rangés en pal

 

  • D'après l'annuaire de la noblesse belge, la seigneurie d’Ochain était l'une des quatre pairies de Montaigu en Famenne, avec juridiction sur six villages parmi lesquels on trouve Clavier, Pair et Ponthoz. Ces seigneurs d'Ochain paraîtront sous ce patronyme sous diverses formes : Oxen, Ochen, Oixhen, Ochain, Dochain, Doxhen, Doxhain, Occa, Oschau, Oscen, liste non limitative.  Vers 1672 Guillaume François, comte d’Argenteau fut aussi comte d’Ochain, membre de l’état noble de Liège.
  • Maître Jean de OXHEN, écolâtre de Saint Lambert (il y occupait une maison claustrale de Saint Pierre en 1394-1398) [Inventaire analytique de chartes de la Collégiale de St Pierre à Liège, par Edouard Poncelet (Bruxelles 1906)]
  •  Dans la même famille: Wouter d'OCHIN (ca 1260-1311) Heer van OCHAIN, X Anna de ROSAY (ca 1265-1315), dont Adelheid d'OCHIN, (ca 1285 Hargimont province de Luxembourg (Belgique), D ca 1350) Vrouwe van OCHAIN
  • Gerardus de Ochem recteur de la paroisse de Clavier diocèse de Liège (1358) dont le secau armorié était de deux léopards rangés en pal, accompagnés en cœur d’une étoile ; cité aussi seigneur de Ossen ou « Mons. Gerart D’Oxhen canones à St lambert à Liège, dont Henricourt  blasonnait les armes du sire d’Ochain de gueules à deux léopards passants d’argent »

         [sceaux armoriés des Pays Bas et pays avoisinants, par Jean Théodore De Raadt, 1901 Bruxelles]

 

Généalogie partielle des OCHAIN DE JEMEPPE (d’après geneanet).

NB. les origines des seigneurs d'Ochain reposent sur certaines hypothèses discutables proposées ici et qui restent douteuses et légendaires. Certains supposent  qu'Arlette ( Herléva, Erlève) , mère de Guillaume de Normandie "le Conquérant", soit  la fille du "tanneur" Fulbert (ou Foubert) et d'une.... princesse prénommée Doda. Fulbert serait originaire de Florennes en Belgique et la princesse viendrait d'Ecosse. Arlette serait native de Huy près de Liège (et de Ochain), la famille ayant ensuite émigrée vers la Normandie.

De plus on ne connait pas de maîtresse "officielle" pour Guillaume Le Conquérant donc la partie ancienne de cette généalogie est "sans garantie du gouvernement !..":

 

·       Lambert d’Oixhein (Ochain) X dame Marielle ?

·       Robert ou Fulbert dit le tanneur d’OXHEIN (né à Ochain-Clavier, D Falaise 1062) X Hermance de SURLE

·     Arlette de FALAISE (N > 1003 Huy près de Liège?) dite l’Ardennoise, dame douairière de Moels ?, dame de OCHAIN et AYE  en Hesbaye (Belgique), X Robert II le magnifique de Normandie (more danico)

·       Guillaume de Normandie X relation avec dame Lutèce dite de COUTICE ??? dont entre autres :

·       Jacques dit James de D’OXHAIN X Maelle de VILLERS

·       Conon dit Jamodennes , dit le normand d’OXHAIN (D ca 1151), chevalier, seigneur d’Aye et d’Ochain, X Renelde de DERNE

·       Winand dit Jamodennes d’OCHAIN (ca 1140 Clavier,> 1204), chevalier seigneur d'Ochain,  X ?

·       Eruwin d’OCHAIN (ca 1200, > 1252), seigneur d’Ochain & Humain, X Marguiles de BARSE

·       Gérard d’OCHIN ( ca 1230, < 1293) X Agnès de WARFUSEE

·       Jean d’OCHAIN ( D 1316) chevalier, co-seigneur d’Ochain, seigneur de Humain et Jemeppe, X Heluise de HANEFFE

·       Jean II d’OCHAIN, chevalier, seigneur de Jemeppe et Aye

·       .......

·       Jean V d’OCHAIN  (D > 1485) prévôt de Marche, chevalier et seigneur de Jemeppe et Aye, X Marie de BLEHEN

·       Jean VI d’OCHAIN le vaillant (1458, 1538> D < 1539) seigneur de Jemeppe et Aye, X M 1484 Jeanne de LOMPREZ

·       Jean VII d’OCHIN (1486, D 1552) seigneur de Jemeppe et Chavanne, X M 1527 Catherine de HALLOYE  dite de Thysne (1505-1557)

·      Nicolas d'Ochain de Jemeppe (N 1530 à Jemeppe sur Meuse, D 1615 à Jemeppe) fils de Jean VII,  X M 1588 Catherine de Rochelée de Montjoye et autres

·      Johan d’OCHIN de JEMEPPE le jeune (ca 1500), fils de Jean VI, écuyer seigneur de Villers, prévôt et mayeur de Marche, M 1531 X Anne de VERVY, dont

·       Gilles d’OCHAIN de JEMEPPE (D 1612 Marche en Famenne) seigneur d’Aye,  M 1570 X Jeanne de SAIVE, dont :

·    Jean d’OCHAIN de JEMEPPE Bras de fer (1582, 1659), seigneur d’Aye, Hassonville, Hologne, mayeur et prévôt de Marche (1612-1659), M 1622 X Jeanne de SOYE, dont :

·       Edmont d’OCHAIN de JEMEPPE (1636, 1721) écuyer, seigneur de Jamodenne, Hogne et Hassonville, mayeur de Marche, M 1675 X Marguerite de MAROTTE de MONTIGNY

 

Arbre généalogique des OCHAIN , extrait de "Oeuvres de Jacques de Hemricourt", publiées par C. Borman et A. Bayot (vol. 2)

 

 

Le château Jemeppe, dont l'origine remonte à la première moitié du 13ème siècle, situé à Hargimont (province belge de Luxembourg). La valeur stratégique des lieux incita le seigneur Jean d’Ochain et ses descendants à remplacer la maison forte par un puissant donjon entouré d’une double rangée de douves alimentées par la Hedrée. La famille d’Ochain est restée propriétaire du château jusqu’au moment de la cession de celui-ci à Henri de Waha en 1621.

Egalement trouvé :

On remarque dans le cas de cette famille proche de Liège que subsistent  encore, au 17ème siècle, des variantes anciennes de Ochin [auteur: Généalogies au Pays de Herve, www.acomeliau.net/, André Coméliau, B1200 Bruxelles]

  •  Collas OCHAIN (ou Ocken, Oxhen), M 23/07/1651 à Thimister (Thimister-Clermont province de Liège)  X Marguerite fille de Tisson CLOSSET, dont
    • Marguerite OCHAIN, fille Collas, M ca 1678 X Antoine Del Heyde DELHEZ
    • David OTSCHEN 1652
    • Anne OTSCHEN 1659
    • Collas OCHEIN 1665
    • Olivier OCHEIN 1668

à gauche, Thimister le 23/7/1651 mariage de Collas OTSCHEN et Magrite fille Tisson CLOSSET, droite, Thimister 12/3/1652, baptême de David fils de Collas OTSCHEN et Margarite son espeuse, parrain Willem Lina Domme, marraine Jehenne femme à Tisson CLOSSET

à gauche, Thimister 30/8/1662 baptême de Jenne OCHEIN fille de Collas et Marguerite sa femme, à droite, Thimister 26/01/1668 baptême de Ollivÿ (Olivier) fils de Nicolas OCHEIN et de Marguerite sa femme [ Archives de l'Etat en Belgique, registres paroissiaux de Thimister-Clermont paroisse St Antoine et Barbe]

 

 

 

 

 Hameau de OCHAIN sur la carte du comte Joseph de Ferraris 1770-1778 (feuille 172 de Ouffet), [KBR-IGN Belgique]

Le cas particulier de Bernard OCHIN (Bernhard Ochinus), moine réformateur des XV-XVIème siècles né à Sienne (Toscane) en 1487:

"Ce nom s'épelle de différentes manières. Chez les auteurs latins il est communément écrit Ochinus, quelquefois Occhinus, et parfois Ocellum. Dans les pages-titres de ses travaux italiens (toscans) le nom est toujours imprimé  "Ochino". Le nom est dérivé de "occhiolino" qui est le diminutif de  occhio, "oeil" et a le même sens du latin ocellum, "petit oeil"; par les auteurs français, il est transcrit okin.

D'après "The Monthly Repository of Theology & General Literature", volume 17, Longman, Hurst, Rees et Orme 1822.